Profil de l'égalité des sexes
 

Août 2001

top retour à la page de Népal informations

 

Tables des matières
1. Introduction
2. Situation globale
3. Profil économique
3.1 Population active et taux de chômage
3.2 Présence des femmes dans les secteurs économiques
3.3 Statut des femmes en milieu de travail
3.4 Conditions de travail
4. Conditions de vie
4.1 Conditions de vie des femmes
4.2 Condition de vie des enfants
5. Éducation et formation
6. Profil politique
6.1 Présence des femmes en politique
6.2 Droit des femmes et politiques nationales
6.3 Conventions internationales
7. Sources documentaires

1. Introductiontop
Au Népal, comme dans la plupart des pays voisins, les femmes ont un accès moindre aux revenus, aux richesses et aux emplois rémunérés. Ceci est partiellement du à leur accès limité à l'éducation et à l'information aussi bien qu'aux ressources productives ainsi que partiellement du aux perceptions traditionnelles des activités dites féminines. De plus, dans les zones rurales, les tâches de la vie familiale de tous les jours sont imputées aux femmes. Dans l'ensemble du pays, les femmes travaillent intensivement à la ferme et accomplissent les travaux ménagers qui demandent beaucoup de temps tels que ramasser le bois chauffage, transporter l'eau et fournir de la nourriture à ses enfants ainsi qu'aux autres membres de la famille. Il reste donc très peu de temps pour des activités avec un potentiel retour économique plus élevé ou pour contribuer directement au développement de l'économie nationale (ESCAP).
top

La nouvelle Constitution du Népal, promulguée en 1992, garantie qu'il n'y aura pas de discrimination basée sur le sexe, la religion ou la caste envers aucun citoyen dans l'application des droits politiques et civils. Cela devrait signifier que les femmes ont les mêmes droits que les hommes pour voter, concourir une élection, s'affilier à un parti politique et détenir un poste politique de quelque sorte (ESCAP). Cependant, le Gouvernement n'a pas posé d'action significative pour implanter ces mesures. Les femmes font face à une discrimination systématique, particulièrement en milieu rural où la religion et les traditions culturelles, le manque d'éducation et l'ignorance de la loi demeurent un empêchement à l'exercice des droits fondamentaux tels que le droit de vote et le droit de posséder une propriété sous leur propre nom
top

2. Situation globaletop
La population du Népal est inégalement répartie sur les terres du pays. La grande majorité des gens (90,8%) vivent dans les zones rurales. Le Népal est un pays multilingue, multireligieux et multiethnique. Le recensement de la population tenu en 1991 a listé 35 langues différentes et 59 groupes ethniques (ESCAP). À travers les différentes cultures, la majorité des communautés népalaises sont patriarcales "la vie des femmes est fortement influencée par leur père et leur mari" tel que reflété par la pratique de la succession patriarcale, de l'épouse qui demeure chez le père de son mari, du système d'héritage et des relations familiales. Quelques pratiques patriarcales sont renforcées par les systèmes légaux (Banque asiatique de développement.
top

Le pays est extrêmement pauvre, avec un produit intérieur brut annuel par personne de $242. Plus de 80% des 23 millions de personnes s'appuient sur l'agriculture de subsistance. Les principales cultures incluent le riz, le blé, le maïs, la jute et les pommes de terre. Le tourisme et l'exportation de tapis et de vêtements sont les principales sources de devises étrangères. L'aide étrangère compte pour plus de la moitié du budget de développement.
top

Au Népal, en 2000, on compte 103 hommes pour 100 femmes basées sur l'estimation de la population. Pour la même année, l'espérance de vie est la même pour les hommes et les femmes, et est de 58 ans. Le taux de naissance est de 34 naissances par tranches de 1 000 personnes et le taux de mortalité est de 10 par 1000 personnes
top

3. Profil économique top

Les conceptions traditionnelles du mode de fonctionnement des économies manquent d'orientations bien définies lorsqu'il s'agit de promouvoir l'habilitation des femmes ou de solutions pour une meilleure justice économique entre les sexes. [...] Les femmes doivent défendre leur droit au travail rémunéré face à l'opposition familiale et communautaire, leur droit à de meilleures conditions de travail rémunéré face aux pressions compétitives mondiales ainsi que leur droit à un meilleur partage et à un soutien adéquat dans la prestation des soins non-rémunérés face à des évaluations économiques qui ne tiennent pas compte des coûts et des bienfaits de ce type de travail.

Quoique les femmes soient des travailleuses vitales et productives pour l'économie nationale, leur participation dans la population active et leur contribution économique est sous-rapportée. La cause est que les femmes ne sont pas considérées comme économiquement actives lors de l'exécution de la plupart de leur travail en agriculture de subsistance et pour le bien-être du ménage. Des activités comme le sarclage et les moissons, le ramassage du bois et le transport de l'eau, le jardinage familiale, l'élevage du bétail et de la volaille sont presque exclusivement accomplies par les femmes et même si elles sont valables économiquement et qu'elles contribuent substantiellement aux revenus familiaux, elles ne sont pas pris en considération lors des recensements de la population active (ESCAP).top

3.1 Population active et chômagetop


Vue d'ensemble de la population active (10 ans et plus), 1991
source: ESCAP selon Central Bureau of Statistics, Population Census 1991

3.2 Présence des femmes dans les secteurs économiquestop

Major industrial group
Women
(%)
Men
(%)
Agriculture/foresterie
90.5
74.9
Secteur manufacturier
1.2
2.6
Electricité/gaz/eau
0
0.3
Construction
0.1
0.7
Commerce
2.0
4.5
Transport/communication
1.1
0.1
Finance/ services commerciaux
0.1
0.4
Services personnels et communautaires
5.3
13.6
Autres/ non-classés
0.7
1.8
Professions
% des hommes
% des femmes
Différence
Agriculture/pêche
54.9
45.1
9.8
Service
74.9
25.1
49.8
Production
81.2
18.87
62.4
Vente
77.4
22.6
54.8
Professionel and technique
84.9
15.1
69.8


Secteur structuré
Selon le Recensement de l'emploi dans les établissements (1992), 84,6% des personnes employées sont des hommes et 15,4% sont des femmes. Le plus grand nombre est employé dans le secteur manufacturier ; les femmes ne comptent que pour 16,8% du total des employés dans ce sous-secteur (ESCAP).

3.3 Statut des femmes en milieu de travailtop

Distribution des personnes économiquement actives par statut d'emploi (%), 1991
Statut d'emploi
Les deux sexes
Hommes
Femmes
Employeur
0.56
0.70
0.36
Employé
21.40
27.81
11.96
Travailleurs autonomes
75.20
69.53
83.69
Travailleurs familiaux non-payés
2.40
1.53
3.54
Non spécifié
0.44
0.43
0.45
Tous les statuts
100.0
100.0
100.00
Source: AsDB selon le Central Bureau of Statistics, The Analysis of the
1991-population census, vol.1, part Xiii, 1993.
  • Dans le secteur de l'industrie, seulement 55% des travailleuses ont un emploi permanent, environ 17% sont des employées temporaires, et 29% sont des contractuels. Seulement 20% ont été promues et environ 29% croient qu'elles pourront gagner plus que les employés masculins (AsDB selon une étude des établissements industriels).
Pourcentage des femmes dans les secteurs manufacturiers, 1993/94
Source: ESCAP, selon Survey in manufacturing sector, CBS, 1993/94.


  • Les femmes constituent 66% des travailleurs de l'industrie du tapis dans la Vallée de Katmandu. Près de 98% de ces femmes travaillent pour un taux à la pièce contrairement à 14% des hommes. Une majorité écrasante des ces femmes sont jeunes (en deçà de 22 ans) et illettrées et elles travaillent pour survivre

3.4 Conditions de travailtop

Salaire des femmes en proportion du salaire des hommes dans différents sous-secteurs de l'industrie du secteur organisé, 1992

Source: ESCAP selon l'Agricultural projects services Center, Employment Survey of Establishments 1992top

  • Les conditions de travail générales sont gouvernées par la Loi sur le travail et la Loi sur le commerce (Trade Union Act), toutes deux promulguées en 1992 et remplaçant les anciennes lois. Les nouvelles lois incorporent des provisions sur la sécurité d'emplois, les salaires minimum, la santé environnementale, la sécurité, des mesures d'aide sociale, un code de conduite et des pénalités, une gestion consultative et coopérative, et une cour du travail pour les règlements des disputes. En pratique, les femmes sont discriminées parce qu'elles sont concentrées dans les emplois les moins rémunérés et qu'elles travaillent principalement à un taux à la pièce (AsDB).
  • La loi sur le travail stipule une semaine de travail de 48 heures, avec une journée de congé par semaine et une limite de temps supplémentaire à 20 heures par semaine (US State Dept.)
  • Les femmes ont droit à 52 jours de congé de maternité payés en entier par l'employeur (UN, The World's Women).


4. Conditions de vietop


4.1 Condition de vie des femmestop

  • Le pourcentage des naissances supervisées par un personnel de la santé compétent est de 8% en 1995/1998, selon les données les plus récentes. En 1996, plus de 90% des femmes accouchent à la maison et seulement 5% des femmes rurales accouchent avec de l'assistance médicale. Dans les zones urbaines cette proportion tombe sous la barre des 50%.
  • Le taux de mortalité à maternel est très élevé avec un ratio de 800 par 100 000 nouveau-nés vivants en 1992, selon les données les plus récentes et une femme aura, en moyenne, 4,3 enfants au cours de sa vie.
  • La violence envers les femmes est un problème important, mais il reçoit peu d'attention du public. Dans une étude menée en 1996, 50% des répondants disent connaître quelqu'un qui est victime de violence domestique. Dans un autre recensement de 1996, les répondants listent l'auteur de violence comme un membre de la famille dans 77% des cas et 58% rapportent que les violences ont lieu chaque jour. Il n'y a pas, actuellement, de loi contre la violence domestique.
  • Le viol et l'inceste sont également un problème, particulièrement dans les régions rurales. Les lois contre le viol prévoient des sentences d'emprisonnement pour le viol d'une femme et le viol d'une prostituée, mais n'interdisent pas le viol d'une épouse.


4.2 Condition de vie des enfantstop

  • Le nombre approximatif d'enfants qui mourront dans leur première année de vie par 1000 enfants vivants (taux de mortalité infantile) est très élevé et est plus élevé pour les garçons que pour les filles avec un taux de 84 pour les filles et de 81 pour les garçons, selon les dernières données disponibles.
  • Le taux moyen de vaccination pour les principaux vaccins (BCG, DPT3, rougeole, polio3) est de 76% et la vaccination de routine est couverte à 55% par le gouvernement.
  • Selon le bureau région de l'UNICEF pour l'Asie du Sud, 40% de tous les mariages impliquent des filles de moins de 14 ans. La différence d'âge entre les mariés est souvent citée comme une des causes de la violence domestique.
  • La Constitution stipule que les enfants ne doivent pas être employés dans les usines, les mines ou un travail similaire dangereux et limite les enfants entre 14 et 16 ans à une semaine de 36 heures. La loi établie l'âge minimum pour l'emploi de mineurs à 16 ans pour le travail dans les industries et à 14 ans pour le travail à la ferme et il demande des conditions de travail acceptables pour les enfants.
  • Les enfants travaillent principalement à la ferme, comme la majorité de la population. Certaines industries, cependant, emploient une forte proportion d'enfants ouvriers, notamment la fabrication de tapis, les propriétés de thé, les usines de briques, les carrières de pierre et le secteur des services (particulièrement les hôtels, les restaurants et les thés, les domestiques, et les porteurs). La pauvreté, les perturbations familiales, les parents illettrés, et les relations agraires forçant les familles au travail forcé sont les principales causes du travail des enfants. Cependant, en juillet 2000, le gouvernement a interdit le système féodal « Kamaiya », libérant quelques 200 000 travailleurs forcés et les membres de leur famille de leurs dettes envers leurs propriétaires.
  • Les jeunes filles sont également recrutées à large échelle pour la prostitution forcée.


5. Éducation et formationtop

L'éducation est essentielle pour améliorer le niveau de vie des femmes et pour les amener à s'exprimer davantage dans la prise de décision au niveau de la famille, de la communauté, de leur place dans le milieu du travail rémunéré et dans l'arène politique. Une alphabétisation minimum et d'autres aptitudes minimums sont absolument nécessaires pour le renforcement du pouvoir féminin et, de plus, sans des aptitudes acquises au secondaires, les femmes ne pourront pas obtenir un travail mieux rémunéré.

Entre 1975 et 1991, il y a eu une augmentation drastique des inscriptions à l'école primaire, au secondaire premier cycle et au secondaire deuxième cycle de l'éducation générale. Cette augmentation s'est produite à l'inscription des garçons et des filles. Au primaire, l'inscription des étudiants masculins a quintuplé. Mais l'inscription féminine a subit une augmentation encore plus drastique : le nombre des filles inscrites dans les classes primaires a augmenté de près de douze fois dans ces seize dernières années. En dépit des performances impressionnantes de l'inscription féminine dans le système scolaire, les filles ont encore un décalage par rapport aux garçons quant à leur participation dans le système éducationnel (ESCAP). Cependant, l'école n'est pas obligatoire. La politique du Gouvernement est de fournir une éducation primaire gratuite pour tous les enfants ayant entre 6 et 12 ans, mais la qualité de l'éducation est grandement inadéquate, plusieurs familles n'ont pas les moyens de payer les fournitures scolaires et les habits et les écoles n'existent pas dans toutes les régions.top

  • En 1997, la proportion estimée d'adultes analphabètes sur la population totale est de 44,2% pour les hommes et de 79,4% pour les femmes. Pour 2000, la proportion est de 40,8% pour les hommes et de 76,1% pour les femmes, une légère amélioration. L'UNESCO définit une personne analphabète comme quelqu'un qui, comprenant la situation, ne peut lire ou écrire un énoncé simple sur sa vie de tous les jours.
  • Le tableau suivant indique les taux bruts de scolarisation (taux d'inscription) par niveau. Selon l'UNESCO, le taux brut de scolarisation est le nombre d'élèves scolarisés dans un niveau d'enseignement donné, quel que soit leur âge, exprimé en pourcentage de la population du groupe d'âge officiel qui correspond à ce niveau d'enseignement (les taux tiennent compte des enfants qui doublent une année scolaire).Les taux du niveau supérieur d'enseignement indiquent le rapport entre l'effectif total des étudiants de l'enseignement supérieur, quel que soit leur âge, et la population du groupe d'âge quinquennal qui suit l'âge de la fin de la scolarité secondaire.
Taux brut d'inscription par niveau pour les hommes et les femmes, 1996
source: UNESCO
 
Pourcentage de la population âgées de 6 ans et plus par niveau éducationnel atteint et par sexe, 1991
Source: ESCAP selon le Central Bureau of Statistics, 1991 Census of Nepal


  • Les différents programmes de formation donnés par le gouvernement ont des biais de genre : les femmes formées sont largement plus nombreuses que les hommes dans les programmes de formation couvrant les textiles, le tressage des paniers, la couture, la confection et autres formations dans cette voie (ESCAP).top


6. Profil politiquetop

6.1 Présence des femmes en politiquetop

6.2 Politiques nationalestop
La force de travail productive des femmes a commencé à être reconnue seulement au début des années 1980, influencé en grande partie par la Déclaration de Mexico (1975) et subséquemment par les Stratégies de la conférence de Nairobi (1985). Une approche importante adoptée par le gouvernement du Népal vers l'amélioration du développement des femmes a été la création de cellules de développement des femmes dans les ministères et le lancement des activités directement à partir de ces objectifs. Le plus souvent, les activités sont perçues comme une question séparée et ne sont pas une partie intégrale des politiques nationales et des programmes (ESCAP).
top

Les politiques d'intégration des femmes dans le développement (IFD) dans les plans quinquennaux successifs ont énoncé des programmes principalement dans les domaines des réformes légales, de la mise en place d'institutions, des mesures d'emploi et de revenus, l'éducation et la santé. Les réformes légales ont été initiées dans différents domaines, notamment dans la facilitation de l'emploi des femmes et des conditions de travail. Plusieurs institutions, incluant les Ministères des femmes, ont été établies. Les programmes d'emploi et de génération de revenu ont inclus des programmes majeurs de crédits, de la formation technique en agriculture, foresterie, l'industrie à petite échelle à la maison, etc., et la participation dans la protection des forêts et dans les groupes de fermiers. Les programmes d'éducation ont mis l'emphase sur l'augmentation de la scolarité des filles à tous les niveaux, sur l'éducation informelle des femmes et sur les décrocheurs garçons et filles, spécialement dans les populations défavorisées. Les programmes de santé se sont concentrés sur la planification familiale et l'immunisation et, dans les dernières années, sur les soins de santé de base et primaires
.

6.3 Conventions internationalestop
Quatre conférences mondiales traitant de l'égalité des sexes se sont tenues entre 1975 et 1995. La dernière s'est tenue à Beijing en 1995 et a rassemblé plus de 47 000 représentants de pays et d'organisations non-gouvernementales (ONG). Les participants ont adopté, de manière unanime, la Déclaration de Beijing et le Programme d'action conçu comme un ordre du jour en faveur du renforcement de la position de la femme
.

Le Népal a ratifié, en 1991, la convention des Nations-Unies sur l'élimination de toute forme de discrimination envers les femmes (CEDAW). Suite à la quatrième conférence mondiale sur les femmes tenue à Beijing, le Népal n'a pas déposé, au secrétariat des Nations-Unies, son plan pour l'application de la Plate-forme pour l'action.

7. Sources documentairestop
Economic and Social Commission for Asia and the Pacific (ESCAP) (1995). Women of Nepal: a country profile. United Nations, New-York, 58 pages.